Gîte le Clos de Servoline a la une

Le journaliste de notre journal "La Dépêche du Midi", nous a fait l'honneur de nous rendre visite dans notre maison de location pour effectuer deux reportages.

Nos vacanciers donnent leur impressions sur le gîte, l'accueil dans le village, les commerçants, les environs et témoignent de leur joie d'être en vacances dans ce village de Saint Cyprien dur Dourdou, près de Conques.

En vacances dans notre gîte à ST cyprien:dourdou

LA DEPECHE DU MIDI 20 Aout 2013

 

Une famille de la Sarthe en vacances

 

C’est tout simplement une famille qui a décidé de passer ses vacances en Aveyron et plus particulièrement à Saint-Cyprien. Arrivés de la Sarthe, du côté du Mans, Estelle, Jean-Michel Thiéry, leur fille Aline, le gendre Maxime et le petit-fils Maxence, qui eux viennent de l'Essonne, dans la région parisienne, se sont installés dans un gîte au coeur même du village, chez Jacqueline et Claude Lasjaunias au Clos de Servoline.

Des balades au coeur du vallon du Dourdou aux excursions sur le département, cette famille est devenue une inconditionnelle de l'Aveyron. Elle a déjà visité la coutellerie et la fromagerie de Laguiole, serpenté sur les rives du Lot jusqu'à Entrayes, visité l'abbatiale de Conques, s'est baignée dans le lac de Pareloup, admiré le viaduc de Millau, s'est rafraîchie sous la cascade de Salles-la-Source.

“Nous sommes agréablement surpris par la gentillesse des habitants du village et la disponibilité des commerçants” explique Jean-Michel, jeune retraité. “Par contre, les routes tournent beaucoup en Aveyron”

Souhaitons-leur de bonnes vacances sur les bords du Dourdou et qu'ils en garderont de merveilleux souvenirs.

 


le gîte de St Cyprien ETAIT UN ANCIEN CINEMA

Souvenirs du premier cinéma

 

 

 

A cette époque, Saint-Cyprien, bien qu'en zone libre, était quand même sous contrôle des occupants allemands. C'est dans ces conditions que fut installé, dans les années1940, le premier cinéma à Saint-Cyprien dans un local qui appartenait, en ce temps-là, à la famille Rols. Local maintenant propriété de Claude-Jean Lasjaunias, dans l'impasse attenante au café des Sports. C'est un réfugié belge, M. Bongourt, et sa charmante épouse, aux dires des anciens, qui s'occupait de la projection. Une partie du mur peint en blanc faisait office d'écran et les garçons s'installaient dans le fond de la salle pour faire la cour aux jeunes filles. Les films étaient contrôlés par les Allemands qui profitaient de la séance pour faire de la propagande. C'est dans ce local que se sont réunis Mme Hélène Falip, MM. Albert Falip, Gaby Bouissou et Ricou Rols pour un retour en arrière avec arrêt sur la mémoire. C'est tout le village qui revivait aux accents de regrets d'une jeunesse perdue. Puis ils ont évoqué, avec des souvenirs dans le désordre, le cinéma de l'école des filles et de l'école laïque, avec M. Fernand Mazard aux commandes des projections. On montait aussi, en ce temps-là, des pièces de théâtre. Mais un film restera inscrit au fond de leur mémoire, celui de Rouquier, «Farebique », qui racontait du côté de Goutrens la vie du village à cette époque avec des acteurs locaux.

 

La réunion improvisée s'est terminée par le pot de l'amitié offert par les maîtres des lieux.

 

www.maison-vacances- aveyron.com

06 73 14 93 47

clo. de .servoline@sfr.fr

 

Quel bonheur pour nous de réunir les personnes qui ont connu et fréquenté ce cinéma de l'époque de la guerre. Que de souvenirs, d'émotions !

 

Bien sûr, nous avons gardé ce mur blanc qui servait d'écran; la salle de cinéma est devenue une salle de jeux avec table de ping-pong, balançoire, jeux divers; les vacanciers aiment prendre une chaise et s'installer pour un moment de détente.

 

Ca n'a pas vraiment changé !

 

Nous en sommes ravis et vous allez pouvoir en profiter.