CONQUES

INCONTOURNABLE  VISITE !

Conques en Aveyron près du gîte le Clos de Servoline St Cyprien sur Dourdou
Conques vue générale
Abbatiale de Conques près du gîte du Clos de Servoline
Vue de Conques Aveyron

Vous ne manquerez pas de visiter CONQUES,  situé à 6 km de votre logement

 

Le village:

 

Classé " plus beaux villages de France" et patrimoine de l'UNESCO.

 

Inoubliable village de caractère  construit sur le rocher avec ses maisons à colombages, ses fontaines romanes,ses fours à pain, son lavoir, ses ateliers d'artisants...

 

On dit que Conques se mérite !

 

Balladez-vous dans ses ruelles fleuries, prenez le temps, laissez-vous porter, admirez les toits de lauzes et les nombreux clochers , les restes de remparts et bien sûr, consacrez du temps pour  la visite de l'abbatiale Ste Foy.

 

L'abbatiale Sainte Foy:

 

Chef d'oeuvre de l'art roman aux différentes couleurs de grès de la région.

 

L'étonnant et très riche tympan du jugement dernier vous raconte toute une histoire. 

 

A l'intérieur, de nombreux chapiteaux historiés, parmi les plus beaux de la sculpture du moyen âge, les tribunes, les orgues et les célèbres verrières de Pierre Soulages.

Déambulez en observant le changement de lumière, des couleurs ... et le soir, en écoutant le concert d'orgues offert par le frère Jean-Daniel.

 

Vous ressortirez apaisé, ressourcé de ce lieu de recueillement.

 

Une communauté de frères vit sur place et c'est une étape importante pour les pélerins de Saint Jacques de Compostelle qui n'hésitent pas à y séjourner.

 

Visite guidée par le syndicat d'initiative.

 

 

 

Les restes du Cloître et la fontaine en serpentine.

 

 

Le Trésor:

 

La très célèbre Majestée statue-reliquaire de Sainte Foy.

 

Importantes et rares pièces d'orfèvrerie du haut Moyen-âge.

 

 Nombreux reliquaires.

 

 

Le musée Fau.

 

www.tourisme-conques.fr/

 

 

Festival de musique

 

L'abbatiale est un lieu propice pour apprécier les concerts.

Chaque année, le centre culturel européen propose un programme riche et varié.

 

https://www.centre-europeen.com/

 

Pierre SOULAGES :

 

Cette profonde émotion, Pierre Soulages, lui, la connaît bien. Elle est au cœur de son œuvre. Il est né non loin, à Rodez, ville phare de l’Aveyron. Alors qu’il a quatorze ans, un voyage scolaire le mène à Conques. Ses propos ont été maintes fois rapportés : « C’est ici, dira-t-il, que j’ai décidé d’être peintre. Pas architecte, peintre. » Et encore : « J’étais dans un tel état d’exaltation, je me suis dit “il n’y a qu’une chose importante dans la vie, c’est l’art. Et j’aime la peinture, je serai peintre.” C’était définitif. » Aussi, quand, en 1986, Claude Mollard, délégué aux Arts plastiques, puis Dominique Bozo, son successeur, lui demandent de créer cent quatre vitraux pour Sainte-Foy, l’artiste tressaille. On lui a déjà proposé quelques projets du genre, pour la cathédrale de Nevers, entre autres, qu’il a refusés. Conques, c’est autre chose. Pourtant, si l’émotion est indiscutable, Pierre Soulages – et c’est là une attitude qui en dit long sur sa conception de son art – la met très vite à distance : « Lorsque la commande publique des vitraux m’a été passée, j’ai décidé de faire une analyse objective de l’architecture pour mettre en retrait l’affectivité liée aux souvenirs d’enfance. »